Rechercher
  • SDS

Yvon Berland, président d'honneur de Santé Droit Société

Mis à jour : mai 7

Interview de Yvon Berland, médecin, créateur d'Aix-Marseille Universités qu'il a présidé jusqu'en 2019. Il vient d'être nommé Président d'Honneur de l'association SDS.

Yvon Berland, vous venez d'être nommé président d'honneur de l'association Santé Droit Société, présidée par le Professeur Jean Gabert. Pourquoi avez-vous accepté?

Je commençais mon mandat de président d'Aix-Marseille Universités, lorsque le professeur Jean Gabert m'a parlé de la création de cette association Santé Droit Société, en 2013. L'idée m'a tout de suite séduit car cela correspondait tout à fait à ce que je souhaitais faire dans le cadre de la fusion de ces trois universités : avoir un regard transversal entre l'université et la société, créer des passerelles entres les différents horizons de santé, dont le sens commun est la sensibilité multiple et diverse.

La multiplicité des services fait la force

L'association Santé Droit Société propose différents services. J'ai été attiré par cette multiplicité. La santé bien-sûr, mais aussi être au service de la Société dans laquelle nous vivons aujourd'hui. J'ai accepté cette présidence d'honneur pour cette pluridisciplinarité, son sérieux et son engouement de participer avec humilité à l'intérêt commun, d'aider les personnes en difficulté. C'est un volontarisme total et une envie de se mettre au service de, sans attentes en contrepartie.


Comment voyez-vous votre rôle au sein de cette association en tant que président d'honneur de SDS ? C'est de mettre au service mes compétences acquises au cours de mon expérience dans de multiples domaines. J'ai également beaucoup oeuvré pour l'amélioration de l'organisation de l'offre de soins. Je souhaite apporter à l'association, chaque fois qu'il en sera nécessaire, mes conseils sur les sujets de santé et de société. Je souhaite être actif, c'est pour cela que j'ai accepté d'être président d'honneur. Je suis disponible pour conseiller, répondre à des demandes, sinon, cela ne m'intéresse pas.


Comment avez-vous réagi, en tant que médecin, sur les différents avis de l'utilisation de la chloroquine face au coronavirus, et notamment sur la confrontation médiatique envers le Professeur Didier Raoult ? Tout d'abord, j'ai été désolé de cette bataille de rue formée petit à petit, qui à mon avis, honore ni les médecins, ni les scientifiques. En tant que médecin, je crois que dans la science, avant de stabiliser des données, il faut respecter tout le monde. Je suis de ceux qui pensent que Didier Raoult avait raison parce que c'est un chercheur scientifique de grande qualité, avec un regard de tout ce qui est épidémiologique depuis de nombreuses années. Personnellement, j'ai été très bousculé par le virus. J'ai été hospitalisé deux fois à l'IHU Méditerranée. J'ai été testé une première fois négatif, deux jours après, j'étais positif. Et lorsque le ministre de la santé, Olivier Veran soumet d'effectuer des tests chaque jour pour être sûr, il a raison. Le traitement m'a été proposé. Je l'ai accepté de suite et l'ai pris pendant 10 jours. S'appuyant sur les études chinoises et expériences in vitro du Professeur Raoult, il était tout à fait logique, que le traitement une fois lancé, soit au coeur d'études pour voir qu'elle était l'influence réelle du traitement sur le passage en réanimation, les pneumonies, sur la fatigue et autres symptômes liés au Covid19. Cette bataille d'égo n'aurait pas dû avoir lieu. Tout le monde devait être respecté, Didier Raoult devait être respecté. On aurait dû faire des études sur la fiabilité du traitement. Je trouve que la manière médiatique dont tout cela a été traitée est terrible. Et ce qui est dommage, c'est que les médecins s'y prêtent. J'ai peur que cela fasse douter la population sur le rôle et le poids des médecins.


Avez vous quelque chose à rajouter Yvon Berland, concernant Santé Droit Société? Cette association joue pleinement son rôle. On le voit bien en terme d'accompagnement dans le domaine de la santé, à travers les tests de dépistages proposés, d'accompagnement des personnes en difficultés et son rôle social.

Je trouve que l'appellation Santé Droit Société est très juste. Les missions de cette association sont remarquables, et c'est pour cela que j'ai accepté d'apporter ma contribution.

81 vues

©2020 droits réservés Santé Droit Société