Rechercher
  • almarpsy

Entre science, conscience, relativité et humanité

Mis à jour : avr. 16


En cette période proche des Fêtes Pascales on peut « logiquement » s’interroger , au moment où l’épidémie décroît avec l’apparition d’un plateau signifiant au moins la baisse de l’accroissement des nouveaux cas, et qui sait aussi peut être, la fin de l’épidémie comme toute virose  (Mers qui aussi était dû à un coronavirus, Ebola, SRAS, grippe H1N1...) qui pour certaines à l’aube du Printemps et surtout du Temps disparaissent.


Chacun n’aura pas eu et pas vu la même histoire .


La France au cours de ce mois de Mars a enregistré entre le 1er et 30 Mars 2020, 57 441 décès (mortalité totale) durant cette période .

C’est à dire 5 430 décès de plus que l’an dernier .

Mais  surtout 1 220 de moins qu’en 2018. En effet la grippe en 2018 a été très active encore à cette période.

Les nombres n’ont pas de Visage

Ceci peut apparaître troublant voire choquant mais les chiffres sont ainsi et les épidémiologistes constateront à distance que l’année 2020 n’a pas été une année exceptionnelle (pour les décès), du moins pour le mois de Mars ...

Ce mois de Mars aura été une réelle hécatombe mais pas partout.

Dans la région du Grand Est  on note une augmentation de 17 % de décès et dans l’île de France, 22%, avec une pointe de 128 %dans le Haut Rhin.

Dans ces régions les patients Covid ont dépassé les possibilités habituelles de nos réanimations.

Dans d’autres régions, l’impact a été bien plus faible ce qui a permis d’ailleurs d’opérer à des transferts régionaux.



Jusqu’à l’extrême on peut même parler de paradoxe, un département (le seul) a vu sa mortalité baisser par rapport à l’an dernier  (malgré la prévalence importante du Covid).





C’est celui des Bouches du Rhône* où il y a eu le plus grand nombre de dépistage du covid.( à Marseille 2,5 % de la population a été testé par PCR réaction de polymérisation en chaîne).

*comptabilisés manuellement pour la période du 1er au 31 mars




Sans oublier le protocole du Professeur Raoult énormément dispensé dans cette région. Ces deux éléments doivent sûrement, du moins en partie expliquer cela.

Mais dans des régions économiquement défavorisées comme la Seine Saint Denis (+67 % de décès ),se sont exprimées toutes les défaillances de notre système pour ne pas dire de notre

Société (absence  de confinement possible, appartements exigus et famille nombreuses, déserts médicaux, manques de matériels, abandons territoriaux et structures inadaptées .... ).

Y a t’il eu les chanceux? Ceux qui "gobaient" du Plaquenil à tout va? Certains autres planqués dans leur résidence secondaire attendant la fin de la symphonie macabre pour regarder dehors, et ces déshérités qui poursuivaient inlassablement le chemin habituel du cours de leur existence : les boulangers, les artisans, les caissiers, et tant d’autres sans masque en première ligne qu’on appelle encore et pourtant les deuxième lignes voir les troisièmes.


« Une génération s’en va, une autre vient et la terre subsistera ... »

Enfin "les vieux" qu’on nomme maintenant par pudeur nos ancêtres et qui devanceront l’appel de quelques mois ou quelques années ....les grands oubliés en fait, ceux qui ont déjà perdu la mémoire et qui ne pourront jamais témoigner de leur tour d’ivoire (qu’on appelle communément EHPAD), l’absurdité du monde et de leur fin de vie , isolés et parqués, bien cachés du reste de la société. Avec le Covid peut être le misérable est devenu contagieux...

Mais la vie va reprendre ses droits et sous toutes ses formes. Quelque soit le nombre de décès, il en sera ainsi, nous le savons déjà car c’est l’histoire qui nous l’a enseigné.

Enfin certains se révéleront comme des disciples de Nietzsche. Ils se dépasseront et élèveront une part de leur humanité et un peu de la nôtre. Seront-t-ils des  « sur hommes » pour autant?non tout au plus des MAQUISARDS ceux qui ont été au contact des démunis et oubliés ....

Soyons prudents et modestes car de toutes façons nous savons déjà :

« Une génération s’en va une autre vient et la terre subsistera ... »

En attendant, faisons  tout notre possible pour sauver encore la Notre.


Docteur Alchech Marcel

Psychiatre, Vice Président des Médecins de l'Hospitalisation privée.

©2020 droits réservés Santé Droit Société